Les recettes Espagnoles qu’on adore

Cuisine 6 décembre 2018 par telemartin |


Même sans avoir mis les pieds en Espagne, vous les connaissez ! Et pour cause, elles sont devenues des classiques dans le monde entier. Pour apprendre l’espagnol par les papilles voici une panoplie d’apéritif, d’entrées, de plats de résistance et de desserts de différentes régions d’Espagne.

Voici la liste des recettes espagnoles que j’adore !

La sangria

Composé de vin rouge (Rioja, Sangre de Toro…) d’un alcool fort, d’eau gazeuse et de fruits (oranges, citrons, pommes…), la sangria est l’apéritif espagnol par excellence. Servi frais l’été, ce punch de vin rouge, puise sa recette au XVe siècle. Celle-ci s’est ensuite diffusée en Europe au XIXe siècle au sein de la Haute société pour être aujourd’hui présente sur toutes les tables. D’un point de vue étymologique, le mot vient du mot espagnol « sangre », sang en français du fait de sa couleur intense. Il s’agirait même selon certains d’une référence au sang des taureaux tués lors des corridas.

Ajo blanco

À base d’amandes, de mie de pain, d’ail, d’huile d’olive, d’eau et de vinaigre, l’Ajo Blanco (ail blanc, en français) est une soupe froide servie l’été avec des raisins blancs, des morceaux de melon blanc, voire des quartiers de pommes. Blanche comme son nom l’indique, elle est typique de l’Andalousie et de l’Estrémadure. Plus ancienne que le gazpacho qui a dû attendre l’arrivée en Europe de la tomate venue d’Amérique, elle remonte à la période d’occupation arabe.

Le Gazpacho

Composé de tomates, de concombre, de poivron, d’oignon, de pain… le gazpacho est la soupe froide espagnole la plus connue au monde. Originaire d’Andalousie, sa recette aurait été créée pour hydrater et rafraîchir les paysans l’été après les travaux des champs. La première mention de ce met date du début du XVe siècle mais correspondait à une recette très différente car non composée de tomates. L’étymologie maintenant : « casposo » signifie en espagnol : plein de petites pellicules, de résidus.

Les tapas

Servis dans des bar à tapas ces amuse-gueules (en général froids) sont tout simplement des incontournables de la cuisine espagnole. Impossible par contre de vous dresser la liste des ingrédients, car elle varie à l’infini. Il existe même un verbe issu de ce plat : « tapear » qui signifie dîner à base de tapas. Il vient à l’origine du mot « tapar » qui veut dire couvrir. Autrefois, on avait en effet l’habitude de couvrir les verres de vin ou de bière d’une tranche de pain ou de jambon pour éviter que les mouches s’y abreuvent.

La Paëlla

À base de riz safrané, de viandes (lapin, poulet…) de charcuteries ou de fruits de mer assortis de légumes… la paëlla est originaire de Valence, région rizicole par excellence. Il en existe cependant aujourd’hui des variantes dans toute l’Espagne, dont une version andalouse. Le mot vient du plat dans lequel elle est cuisinée…

La Tortilla (de patatas)

Composée d’œufs, de pommes de terre, voire d’oignons, arrosés d’un filet d’huile d’olive, c’est un peu l’équivalent des omelettes françaises en plus consistant et plus épais. À ne pas confondre avec les tortillas mexicaines qui désignent des galettes à base de farine de maïs. La version espagnole puise son origine au XIXe siècle dans les classes les plus pauvres de la société qui voyaient dans la pomme de terre un moyen d’utiliser moins d’œufs, plus chers. Elle peut se déguster comme tapas dans les bars.

Crème catalane

À base d’œufs, de lait, de crème liquide, de maïzena et de sucre caramélisé en surface, c’est le dessert typique de la Catalogne. Plus connue en France sous le nom de crème brulée « crema quemada » (bien qu’à la base, elle ne soit pas brulée). En Espagne, c’est aussi le dessert de la fête des pères, le dernier jour du Carême, jour de la Saint Joseph, le 19 mars. Son origine est ancienne car on en retrouve la trace dans la littérature catalane au XIVe et XVIe siècle.

Riz au lait espagnol « arroz con leche »

Composée comme son nom l’indique de riz et de lait agrémentés de citron et de cannelle, la recette trouve semble-t-il son origine dans la cuisine arabe, puis dans les Asturies. Ce qui est sûr c’est que sa consommation est très ancienne en Europe. On en retrouve déjà mention en France au XIIIe siècle.

Turrón de Alicante y Jijona

Composé de miel, d’amandes et de blanc d’œufs, c’est le nougat espagnol. Plusieurs hypothèses coexistent sur son origine mais on pense qu’il est probablement hérité de la gastronomie arabe qui l’utilisait comme riche nutriment facile à conserver. Son nom serait lui dérivé du mot « torrat » qui signifie mélange de miel et de fruits secs cuisinés sur le feu. Ce qui est sûr c’est que le « turrón de Jijona » existait déjà au XVIe siècle.

Les churros

À base de farine, d’eau et de sucre rissolés dans de l’huile… les churros (sorte de beignets dont le nom dérive du verbe « churrar » (griller, frire) se mangent à toute heure. Proposées dans toute l’Espagne et maintenant dans le monde entier, ces pâtisseries que l’on trouve notamment dans les foires sont une spécialité de Madrid, où ils sont servis avec du chocolat. L’origine de la recette est hasardeuse. Certains disent qu’elle a été transmise par les Portugais qui ont rapporté l’idée d’Asie orientale. D’autres disent que ce sont les gardiens de troupeaux espagnols qui les ont inventés, car elles étaient peu coûteuses et faciles à faire sur un feu de camp. Et comme faire la cuisine peut aussi être un bon moyen d’apprendre l’espagnol, voici un lien vers des recettes espagnoles dans leur langue d’origine.

Catégories & Etiquettes liées à cet article

Cuisineespagne

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies J'accepte