L’espagnol sera t-elle bientôt la langue la plus parlée au monde ?

Société 18 avril 2019 par telemartin.tv |


L’ESPAGNOL étend sa domination d’année en année dans le classement les langues les plus parlées dans le monde. Il n’y a maintenant plus que le chinois qui dépasse encore la langue de Cervantès en nombre de locuteurs. Le boom économique des pays d’Amérique latine est une des raisons de cette expansion de l’espagnol. C’est peut-être le moment d’apprendre l’espagnol

telemartin.tv est allé à la rencontre d’Axelle Vatrican, Maître de conférence à l’Université de Toulon, spécialiste de linguistique hispanique.

Quelle place occupe l’apprentissage de l’espagnol à l’école dans le monde ?
Axelle Vatrican : L’enseignement de l’espagnol s’est considérablement développé ces trente dernières années notamment aux Etats-Unis et au Brésil. En Europe, la France occupe la 3e place en nombre d’étudiants. En 2017, 21 millions de personnes étudient l’espagnol comme langue étrangère dans le monde.

Pourquoi les élèves choisissent l’espagnol à l’école ?

AV : Parce que c’est la deuxième langue la plus parlée dans le monde. S’ils étudient le castillan c’est aussi parce qu’il est présent sur le continent américain. Les étudiants pensent qu’après l’anglais c’est l’espagnol qui va leur être utile.

L’espagnol est une langue accessible pour beaucoup d’habitants de la planète. Son origine indo-européenne est-elle la raison de son succès ?

AV: C’est effectivement une langue plus facile à apprendre pour un occidental en raison des ses racines latines présentes dans le lexique. Mais son système de conjugaison constitue une difficulté supplémentaire si on le compare à l’anglais. C’est donc à nuancer.

Si le Castillan est la deuxième langue la plus parlée, est-ce aussi grâce à la démographie du continent américain ?

AV : Oui c’est la première raison. La population en Amérique latine continue d’augmenter en 2017 malgré un taux de natalité en baisse depuis les années 70. Le facteur économique joue également un rôle important. Les pays d’Amérique du Sud comme l’Argentine, l’Uruguay et la Colombie ont connu une forte croissance et ont développé des échanges avec l’Amérique du Nord. Les échanges commerciaux ont mis l’espagnol sur le devant de la scène internationale.

Peut-on imaginer que l’espagnol détrône l’anglais comme langue de communication internationale ?

AV : Peu de personnes s’avancent dans ce domaine. C’est la grande question. L’espagnol a des atouts. Le 1er, c’est le nombre de locuteurs natifs qui ne cessent d’augmenter. Le 2e, c’est le fait que l’espagnol est présent sur trois continents : les continents européen, américain et africain. Le chinois n’est essentiellement présent que sur le continent asiatique. Mais pour qu’une langue domine, il faut qu’elle soit celle du commerce et de la technologie. Aujourd’hui, c’est toujours l’anglais. Sachant cela, les Académies de la langue espagnole présentes en Espagne, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud essaient de promouvoir le castillan comme langue seconde par la publication de nouvelles grammaires et le développement de son enseignement dans des centres culturels. Objectif : que l’espagnol puisse rivaliser avec l’anglais et devienne aussi une langue de communication. L’avenir nous dira si le défi est relevé.

L’immigration hispanique de par le monde participe t-elle à l’expansion du castillan ?

AV : La communauté hispanique s’exile avec sa langue et continue de la parler dans le pays d’accueil. Cependant, au bout de trois générations, l’assimilation est faite. Si on prend le cas des États-Unis, la troisième génération ne parle plus qu’anglais.

Quel pourcentage d’hispanophones compte la planète ?

AV : En 2017, environ 8% de la population mondiale est hispanophone. 477 millions de personnes ont pour langue maternelle l’espagnol, ce qui la place au second rang mondial devant le chinois qui en compte 950 millions. Si on ajoute à ce chiffre le nombre de gens qui parlent l’espagnol sans l’avoir pour langue maternelle, le total s’élève à 572 millions d’individus. Le Mexique est le pays où il y a le plus grand nombre d’hispanophones (121 millions) et tout de suite après on trouve les États-Unis avec 41 millions de personnes dont la langue maternelle est l’espagnol et 11,5 millions de personnes bilingues. L’Espagne occupe la 3e place avec 46 millions de locuteurs.

Osons une projection sur l’avenir. L’espagnol peut-il dépasser dans quelques décennies le mandarin et son milliard de pratiquants ?

AV : L’Espagnol va sans doute continuer de se développer jusqu’en 2050. Il pourrait y avoir 900 millions de locuteurs hispanophones. Néanmoins, certaines études montrent que vers 2100, le chiffre aura légèrement diminué en raison de la baisse démographique des pays hispanophones. C’est un processus engagé depuis longtemps. Par exemple, les Hispaniques présents aux Etats-Unis dans deux générations seront parfaitement assimilés et ne parleront qu’anglais. Si l’immigration des Latinos ne se poursuit pas, la pratique de l’espagnol va décroître inéluctablement. La politique intérieure menée aux Etats-Unis aura donc un fort impact sur la propagation de la langue.

A LIRE AUSSI « Ces expressions espagnoles de la série NARCOS »

Devenir premium

Catégories & Etiquettes liées à cet article

Apprendre l'espagnolSociétécastillanespagneespagnolhispanophonielangue espagnole

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies J'accepte